Démarrer en tant que médecin : tout ce qu’il faut savoir

Par Acerta
5 min. de temps de lecture

Vos examens et vos stages sont derrière vous. Après six ans, vous avez enfin votre diplôme de médecin en poche. Bien joué ! Il vous reste un choix important avant de vous lancer dans la vie professionnelle : allez-vous démarrer en tant que spécialiste ou généraliste ? Dans tous les cas, vous devez remplir certaines conditions professionnelles et entreprendres quelques demarches administratives. On vous explique tout. 

1. Visa et inscription à l’Ordre des médecins.

Après l’obtention de votre Master en Médecine, le SPF Santé publique vous envoie le visa de votre diplôme par recommandé. La possession du visa signifie que votre diplôme est valable et que vous avez les aptitudes physique et psychique pour exercer la médecine. 

Ensuite, vous devez vous inscrire au tableau de l’Ordre des Médecins de la province où vous exercerez votre activité principale. Munissez-vous des documents suivants :

  • votre visa de médecin ;
  • un certificat de bonne vie et mœurs récent

2. Demande d’agrément officielle

Après votre Master en Médecine, vous pouvez :

  • entamer un master complémentaire en médecine générale. L’INAMI vous transmet votre numéro avec le code de compétence -005 ou -006 dès que le Ministère lui a fait connaître l’approbation de votre plan de stage.
  • entamer une spécialisation. L’INAMI vous transmet votre numéro avec le code de compétence -0NN dès que le Ministère lui a fait connaître l’approbation de votre plan de stage.

Le master en médecine générale dure trois ans, pendant lesquels vous êtes candidat-médecin généraliste (CMG). Outre des enseignements théoriques et pratiques, elle comprend des stages plein temps réalisés auprès de MG ou dans des services hospitaliers agréés par le Ministère de la santé publique et reconnus par la Faculté de médecine. La formation est gérée par le CCFFMG avec lequel vous devez conclure une convention de formation. 

Vous voulez vous spécialiser ? Alors vous devrez encore accomplir entre quatre et six ans d’étude et de stage, selon votre spécialisation. Le programme académique est réparti sur le nombre d’années de spécialisation et commence l’année académique suivante. Pour le contenu de votre formation professionnelle, contactez votre maître de stage coordinateur.

À mettre en ordre avant, pendant et après votre stage : 

  • Rédigez un plan de stage, avant le début de votre formation.
  • Remettez chaque année votre carnet de stage ou medbook en temps et en heure.
  • Soumettez votre demande d’agrément auprès de la Direction d’agrément des prestataires de soins de santé du Ministère de la Féderation Wallonie-Bruxelles, dès la fin de votre formation. 

Votre demande d’agrément doit être accompagnée des documents suivants : 

  • L’attestation d’inscription à l’Ordre des médecins (datant de moins de trois mois) ;
  • L’attestation qui prouve que vous avez suivi avec fruit une formation universitaire spécifique
  • La publication et/ou communication selon le titre visé
  • L’attestation finale d’aptitude
  • La preuve suivi une formation dans les domaines suivants : communication avec les patients, notamment en vue d’obtenir leur consentement éclairé; qualité des soins; médecine factuelle et collaboration interdisciplinaire; gestion électronique des données; leadership clinique.

La demande d’agrément accompagnée des documents requis doit être envoyée par recommandé ou introduite via un formulaire électronique.

Ensuite, les dossiers seront soumis par l’administration à la commission d’agrément compétente pour avis.

3. Votre numéro INAMI

Chaque avis positif est transmis à l’l’INAMI. Votre numéro de compétence vous sera envoyé que vous devrez mentionner sur tous vos documents officiels dès lors. 

En tant que médecin conventionné, vous bénéficiez d’un avantage social. Il s’agit d’une cotisation annuelle versée par l’INAMI. Vous trouverez plus d’informations ici

Conseil : utilisez cette cotisation pour renforcer partiellement votre propre protection sociale.

4. Formation continue obligatoire ou accréditation

Une des conditions professionnelles est celle de la formation continue. Cela peut se faire via un GLEM : un groupe local de médecins, qui partagent et évaluent de manière critique leurs pratiques médicales pour promouvoir la qualité des soins.

Pour obtenir ou maintenir votre accréditation, vous devez faire partie d’un GLEM. En tant que médecin débutant, vous avez droit à une accréditation provisoire d’un an. Soumettez votre demande au service d’accréditation de l’INAMI. Si vous êtes accrédité, vous sera remboursé annuellement d’une partie de vos frais de formation.

5. Les démarches administratives à entreprendre

En tant que médecin généraliste ou spécialiste en formation vous devez vous affililier en tant qu’indépendant. Acerta se charge à ce que les points suivants soient réglés en temps et en heure : 

  • Votre inscription à la Banque Carrefour des Entreprises (BCE) :
    • Après votre inscription vous recevrez votre numéro d’entreprise
  • L’activation de votre numéro de TVA :
    • Selon l’article 44 du code de la TVA, les activités de médecine sont exonérées si elles remplissent les conditions de l’article 4.
    • Attention : si vous pratiquez des interventions esthétiques en tant que généraliste ou spécialiste, ces interventions seront soumises à la TVA.
    • Il se peut, que vous exercez à la fois des activités exemptées en vertu et des activités soumises à la TVA. Dans ce cas, vous êtes considéré comme un assujetti mixte.
  • Votre affiliation à une caisse d’assurances sociales, comme Acerta. 
    • En tant que médecin généraliste ou spécialiste en formation, vous avez le statut sui generis. Ce statut vous permet de prétendre à un nombre limité de droits sociaux dont bénéficient également les employés, à condition que vous payez vos cotisations sociales trimestrielles. Vos droits sociaux garantis sont : le congé de maladie, la prime de naissance, les allocations familiales, le congé de maternité, l’invalidité et les congés de circonstances,… 

Il ne vous reste plus qu’à informer votre mutualité de votre statut d’indépendant à partir de la date de début de votre stage. 

6. Assurances obligatoires

L’étape finale ? Souscrire une assurance responsabilité professionnelle, qui couvre les frais dus à une erreur dans le cadre de votre profession. L’assurance responsabilité civile est également obligatoire, elle couvre les dommages causés aux tiers à la suite d’erreurs, d’omissions ou de négligences commises dans l’exercice de votre activité. 

 

 

 

 

 

 

Cette année, plus de 900 étudiants se sont déjà inscrits sans engagement.