La réduction starter : une réduction des cotisations sociales

Par Acerta
5 min. de temps de lecture

Votre lancement en tant qu’indépendant est accompagné de beaucoup de démarches à entreprendre. Vous devez régler le côté administratif, c’est-à-dire : votre numéro d’entreprise, votre numéro de tva et votre sécurité sociale, en vous affiliant à une caisse d’assurances sociales, comme Acerta. De plus, vous devez constituer une clientèle, établir votre plan financier et analyser vos éventuels besoins d’investissements. La première année, vous devez donc faire face à beaucoup de frais. 

Vos cotisations sociales 

Une dépense importante est celle des cotisations sociales, que vous payez chaque trimestre via votre caisse d’assurances sociales. Ainsi, vous vous consituez certains droits sociaux, par exemple : un pension, une allocation de naissance, une assurance maladie-invalidité,… Vos cotisations sociales sont calculées sur vos revenus nets imposables de l’année en cours. Vous payez d’abord des cotisations sociales provisoires, qui sont rectifiées par la suite. Vos cotisations sociales provisoires sont calculées sur vos revenus d’il y a trois ans. Une référence qui n’est pas applicable si vous débutez. C’est pourquoi, lors de votre lancement, vous payez au maximum 20,5 % de cotisations sociales sur vos revenus nets imposable. 

En tant qu’indépendant vous avez 3 options : 

  1. Vous payez des cotisations provisoires plus élévées. 
  2. Vous payez la cotisation minimale légale. 
  3. Vous sollicitez une réduction des cotisations provisoires. En tant que starter indépendant à titre principal, vous pouvez faire appel à la réduction starter pour les cotisations sociales de votre première année. 

Il existe deux niveaux de réduction starter, basés sur le revenu professionnel estimé. Ci-dessous, vous trouverez les différents niveaux de revenus et la cotisation sociale provisoire ou la réduction starter :

Tableau cotisations sociales 2020

1. Cotisations provisoires plus élevées

Léa est diététicienne à titre complémentaire et lance son activité d’indépendante à titre principal le 1er avril 2020. Elle a déjà dû faire face à des frais importants. Ses coûts de formation sont les plus importants, mais inévitables si elle veut pouvoir suivre les nouvelles tendances. Grâce à un bon plan marketing, Léa voit sa clientèle grandir. 

Elle estime son chiffre d’affaires à 25.000 euros et le total de ses frais à 6.500 euros. Son revenu professionnel net est supérieur à 13 550,50. Pour la première année, ses cotisations sociales s’élèvent à 20,5 % de son revenu net imposable. Léa n’a pas droit à la réduction starter. Ce qui est en fait une bonne nouvelle car cela veut dire qu’elle atteint déjà un bon chiffre d’affaires !

Tableau 2 - exemple Lea

 

2. La cotisation minimale sociale légale

Après avoir travaillé comme kinésithérapeute dans un hôpital pendant quelques années, Louis décide de se lancer comme indépendant. Il peut travailler dans un cabinet médical, ce qui diminue considérablement ses frais. Il paie pour cela une commission de 10% sur son chiffre d’affaires. Pour développer sa clientèle, il peut compter sur les recommandations de son réseau.

Il estime son chiffre d’affaires à 20.000 €. Son revenu professionnel est inférieur à 13.550,50 € mais supérieur à 9.033,67 €. Louis ne recourt pas à la réduction starter, mais préfère momentanément opter pour la cotisation minimale sociale légale. Si sa clientèle croît fortement, il aura tout intérêt à adapter le montant de ses cotisations sociales.

Tableau 3 - Exemple Louis

 

3. Réduction starter

Réduction starter niveau 1

Lena débute comme sage-femme. Elle est encore en train de constituer sa clientèle. Elle va devoir faire beaucoup de kilomètres et veut suivre une formation complémentaire.

Elle estime son chiffre d’affaires à 10.000 €. En déduisant ses frais, elle arrive à un revenu professionnel inférieur à 6.997,55 € et peut bénéficier de la réduction starter (niveau 1). 

Tableau 5a - Exemple Lena

Imaginez les répercussions financières si elle devait malgré tout payer la cotisation minimale légale de 715 € par trimestre ! La réduction a un impact vital : pour Lena, c’est son bénéfice net qui double!

Tableau 5b - Exemple Lena

 

Réduction starter niveau 2

Younes est diplômé en psychologie et peut travailler dans un cabinet médical. Il paie un loyer de 415 € par mois, ce qui augmente ses frais fixes.

Il estime son chiffre d’affaires à 18.000 €, mais, en raison du loyer et des autres frais fixes, ses revenus se situent entre 6.997,55 € et 9.033,67 €. Il recourt alors à la réduction starter (niveau 2) et ne paie que 477 € par trimestre.

Tableau 4 - Exemple Younes

 

Quelques conseils :

  1. N’oubliez pas : cette réduction des cotisations sociales n’est accordée qu’aux personnes qui débutent leur activité à titre principal.
  2. Estimez bien vos revenus. Comparez avec le revenu de collègues, de professions libérales et parlez-en avec votre comptable.
  3. Si vous voulez bénéficier de la réduction starter, adressez-vous à votre caisse d’assurances sociales.
  4. Avec votre comptable, suivez l’évolution de vos revenus et indiquez à temps quand vous souhaitez augmenter le montant de vos cotisations sociales. Ainsi, vous ne risquerez pas de mauvaises surprises.
  5. Si vous adaptez le montant de vos cotisations sociales à temps, cela aura également un impact sur vos cotisations sociales au cours des années 2 et 3. Les cotisations sociales sont des dépenses professionnelles et réduisent votre revenu net imposable.
Cette année, plus de 900 étudiants se sont déjà inscrits sans engagement.